Apprentissage du japonais et passage à l’action

L'Apprentissage du japonais ne passe pas par un jardin japonais mais par le passage à l'action.
JN représentant le logo de Japonais Naturel

Apprentissage du japonais et passage à l’action

Une simple recherche en français sur Google montre combien les gens sont plutôt intéressés par l’apprentissage du japonais.

Pourtant, dans les faits, seule une infime partie de ces gens passera à l’action et commencera effectivement à apprendre le japonais.

Et une infime partie de ces personnes continuera sur le long terme son apprentissage du japonais.

Les autres mettront en pause leur apprentissage ou jetteront l’éponge définitivement.

Pourquoi ?

Le principe de l’inertie, ami ou ennemi ?

Pour bien comprendre la raison, ferme les yeux et… Ah non, mince, c’est vrai que c’est pas un podcast !

Bon, imagine (mais continue de lire) que tu pratiques ce superbe sport qu’est le curling.

Tu sais, le gros machin qu’on fait glisser sur la glace !

Je viens de vérifier, la pierre de curling (le machin qu’on pousse sur la glace) est en granit et fait entre 17 et 20Kg.

On se la lance pas entre potes, même pour rigoler !

Quand elle est immobile, le principe de l’inertie s’applique et donc tant qu’aucune force ne la pousse, elle s’oppose à tout mouvement.

Il va donc falloir aller au-delà de cette résistance pour la mettre en mouvement puisque ça reste quand même le but !

La résistance au changement

Il va donc falloir fournir un effort pour obtenir un résultat.

Et c’est là que ça coince !

Parce que ton cerveau, à la base, il veut rien faire qui demande de dépenser de l’énergie, sauf si ça vaut le coup !

A toi de lui prouver que c’est dans son intérêt pour qu’il se laisse faire.

Ça, ça s’appelle la motivation !

Mais si tu lis cet article, c’est que tu l’as la motivation !

Donc, puisque ton cerveau est d’accord sur le principe, tu vas pouvoir fournir un effort !

Pour le curling, cet effort, s’il est suffisant, mettra la pierre en mouvement.

Pour l’apprentissage du japonais, c’est ce qui te permettra de commencer ta session de japonais.

Parce que c’est au début de chaque session qu’il y a le maximum de résistance à l’effort (ou au changement).

Et si tu pousses pas assez sur la pierre, elle bougera pas et tout l’effort sera perdu !

Enfin je veux dire, si t’arrêtes ton apprentissage après 5 ou 10mn, c’est comme si tu partais juste après l’échauffement !

T’apprendras rien comme ça !

L’échauffement, c’est la préparation pour la suite, c’est tout !

Et c’est d’autant plus dommage que le plus gros effort, tu l’as déjà fourni en passant à l’action !

Faut juste prendre un peu de vitesse pour que le principe d’inertie se transforme d’ennemi en ami.

Mon meilleur ami, c’est le principe de l’inertie !

Eh oui, le gros intérêt d’avoir fourni un effort au départ, c’est que le principe d’inertie continue de s’appliquer après.

Si je reprends l’exemple du curling, une fois qu’on a fourni un effort et mis la pierre en mouvement, qu’est-ce qui se passe ?

Elle continue son déplacement alors que toi, tu as arrêté depuis longtemps de fournir un effort.

Alors évidemment, pour l’apprentissage du japonais, t’auras quand même besoin de fournir un effort minimum jusqu’à la fin de ta session.

Mais une fois que le cerveau est dans le bon mode, tout rentre mieux et plus facilement !

Concrètement, c’est la partie de ta session où tu commences réellement à apprendre, comprendre et retenir du japonais !

Et aussi à y prendre un peu (ou beaucoup) de plaisir !

Il s’agit donc d’arriver le plus vite possible dans cette partie de ta session d’apprentissage pour ne pas gâcher l’effort que tu as fait pour passer à l’action.

Optimiser son échauffement

Pour te forcer (sans te forcer) à démarrer tes sessions, tu peux utiliser la méthode décrite dans cet article.

Mais une fois que tu as commencé ta session de japonais plein d’entrain, il faut assurer jusqu’à la fin.

Et ça, c’est pas en commençant par de la grammaire ou de la conjugaison à apprendre par cœur que tu y arriveras.

Ce qu’il te faut, c’est un menu qui te fait saliver !

Quand tu vas au resto et que tu demandes le menu, c’est pas pour voir écrit dessus combien les plats vont être gras et indigestes.

Ce qui te donne envie de commander, c’est après avoir lu le menu, d’imaginer combien ça va être bon et inoubliable !

Pour le japonais, ça peut être:

  • Le sujet d’un texte qui te passionne.
  • Le nouvel épisode d’un dorama que t’adore.
  • Des mots nouveaux qui utilisent des hiragana que tu vas apprendre.
  • De nouvelles phrases outils que tu vas apprendre en shadowing.

Bref, tu l’as compris, le menu du jour, c’est ton échauffement et il doit te donner l’envie d’étudier.

A l’origine du Big Bang, le passage à l’action !

Tu l’as compris, pas d’apprentissage du japonais sans passage à l’action mais pas de passage à l’action, si ça sent pas bon ! (pas mal hein ?)

  • Réfléchis à ce qui t’intéresse, prépare tes sessions à l’avance et fixe un objectif à chaque fois.
  • N’oublie pas que c’est la pratique qui permet de s’améliorer et d’acquérir une compétence inconsciente ! (J’entends par là faire quelque chose sans que ça nécessite un effort conscient)
  • La régularité diminue naturellement la résistance au changement.

Sur ces bonnes paroles, je te laisse parce que j’ai mon cours de curling qui démarre dans 5mn.

T’en veux encore ?

Si cet article t’a plu et si tu veux recevoir gratuitement un mail par semaine avec:

  • Un peu de théorie pour mieux apprendre le japonais
  • Des conseils
  • Un peu de pratique pour t’aider à passer à l’action

alors jette un petit coup d’œil à Mes Contacts Privés !

Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*