Poser des questions fait progresser en japonais

Pourquoi poser des questions fait progresser en japonais par Japonais Naturel.
JN représentant le logo de Japonais Naturel

Poser des questions fait progresser en japonais

Dans cet article, on va voir pourquoi poser des questions fait progresser en japonais.

Je sais pas si tu regardais Docteur House ™ mais sa méthodologie qui l’amène à trouver le bon diagnostic m’a toujours impressionné.

Okay, c’est une fiction, il existe pas dans la vraie vie, etc., etc..

On est d’accord !

Mais il n’en reste pas moins que sa méthodologie est universelle !

Pourquoi arrive-il donc toujours à trouver la solution ?

Eh bien la réponse est justement dans la question !
Ou devrais-je dire, dans les questions !

Finalement, il ne fait que poser à son équipe ou à lui-même des questions jusqu’à ce que finalement, son cerveau arrive à relier les pointillés entre eux et active le déclic libérateur et lui balance la solution !

Le cerveau, ce filtre qui nous veut du bien

Le cerveau est extraordinaire, ça tu le sais déjà !

Mais ce que tu ne sais peut-être pas, c’est qu’il passe beaucoup de temps à supprimer des informations autour de nous qu’il pense inutiles.

Et heureusement parce que sinon, avec les milliers de stimuli autour de nous, on deviendrait probablement dingue !

Si tu te rappelles, j’avais déjà écrit un article sur le système réticulé activateur.

Eh bien, c’est encore lui le responsable !

Enfin, c’est toi qui lui dis, consciemment ou inconsciemment, ce qu’il doit considérer comme important.

Alors on se dit tout ?

Non, il vaut mieux pas !

Mais il faut quand même que ton cerveau sache ce que tu veux.

Et comment il sait ce que tu veux ?

En (se) posant des questions bien sûr !

Quand tu t’interroges sur un sujet, inconsciemment, tu indiques à ton cerveau ce qui est important pour toi.

Attention, poser des questions fait progresser en japonais mais pas si c’est une petite question comme ça et on n’en parle plus après.

Il faut que la réponse t’importe !

Moi, par exemple, quand je planais en cours de japonais au début dans mon école à Tokyo, j’étais tellement frustrer de pas comprendre alors que les autres semblaient comprendre que j’ai commencé à poser des questions sur tout.

  • Pourquoi on peut pas dire ça ?
  • Qu’est-ce que ça veut dire ça ?
  • Comment on dit ça en japonais ?
  • Quand est-ce qu’on dit ça ?
  • Etc.

J’avais mis 3 semaines avant de commencer à ouvrir le bec mais là j’arrêtais plus !

Et le miracle se produisit…

À ouvrir tout le temps ma mouille comme ça, je me doutais bien que je commençais à saouler tout le monde.

Mais après tout, moi aussi j’avais le droit de comprendre !

Et le miracle finit par se produire !

À force de poser des questions dans tous les sens, mon cerveau collectait les réponses petit à petit.

À chaque fois que je lisais, que j’écoutais, que je voyais quelque chose susceptible d’apporter des réponses à mes interrogations japonaises, mon système réticulé activateur se focalisait dessus.

Et puis quand il avait réuni assez d’informations, le déclic tant attendu arrivait, livré avec le doux sentiment de la satisfaction libératrice.

Tant que ça marche, je continue !

L’avantage d’avoir à la fois des réponses et la satisfaction de voir ses efforts récompensés, c’est que ça motive à continuer !

Et y avait pas de raison de s’arrêter parce que j’habitais au Japon et que des questions, j’en avais des pleins sacs !

On pense souvent que les enfants apprennent plus vites parce qu’ils sont plus jeunes, mais c’est pas seulement ça !

C’est surtout qu’ils sont curieux et qu’ils osent poser des questions !

Moi, j’osais pas et je mourrai dans mon coin à petit feu.

Jusqu’au moment où dans un ultime sursaut, j’ai retrouvé mon cœur d’enfant et j’osais !

J’osais à fond, j’osais tout le temps et plus j’osais poser des questions, plus je progressais !

Et plus je progressais, plus je devenais curieux et plus j’avais de nouvelles questions à poser.

Un bon cercle vertueux comme on les aime !

Si toi aussi tu oses poser des questions, tu auras des réponses !

Plus tu poseras des questions de qualité, plus tu auras des réponses de qualité.

Et tu sais le meilleur, c’est excellent pour ton cerveau !

Neurogenèse et neuroplasticité sont sur un bateau…

On a longtemps pensé qu’à partir d’un certain âge, il n’y avait plus de nouveaux neurones et qu’ils commençaient à mourir petit à petit avec l’âge.

Les dernières recherches en neuroscience montrent pourtant que le cerveau peut se développer à tout âge.

On appelle ça la neurogenèse et la neuroplasticité !

Mais ça se produit surtout lors de certaines activités nouvelles et répétées.

Comme par exemple, un apprentissage !

Tiens, quelle coïncidence !

C’est pas toi qui apprends le japonais ?

Maintenant, tu sais pourquoi poser des questions fait progresser en japonais !

Alors réfléchis bien et ose poser des questions !

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

On se retrouve dans le prochain mail Mes Contacts Privés (si tu en fais partie) ou dans un prochain article !

Ja neee !

Gilles

Ma page Facebook
Mon compte Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*