Mon secret pour progresser en japonais

Mon secret pour progresser en japonais ce n'est pas une formule magique mais un ensemble d'ingrédients comme le ciel, la mer, le soleil sur cette photo de Shoudoshima 小豆島.
"Pour progresser en japonais, reste positif / positive !" est le titre de ce nouvel article. Le logo Japonais Naturel est juste sous ce titre. Le fond est blanc. Il y a les initiales de Japonais Naturel. Un J majuscule et un N majuscules, tous les 2 de couleur verte. Derrière le N majuscule, on aperçoit un rond rouge qui rappelle le soleil et le drapeau japonais.

Mon secret pour progresser en japonais

Si tu veux savoir quel est mon secret pour progresser en japonais (ou dans n’importe quelles autres langues d’ailleurs), tu vas devoir lire tout cet article parce que dans chaque partie, il y a quelque chose à retenir.

Par contre, ce que je peux te dire tout de suite, c’est qu’il ne s’agit pas d’une formule magique.

Non, c’est plutôt un ensemble de prérequis pour mettre ton cerveau dans un mode compatible avec l’apprentissage du japonais.

Mais tu vas voir que ça ne coule pas toujours de source !

Le cerveau, cette fabuleuse machine à apprendre… ou pas !

Eh oui, on pense que c’est le rôle N°1 du cerveau d’apprendre, mais non !

Son rôle principal, c’est de te permettre de bouger ton corps pour te garder en vie.

Et en cas de stress, le mode apprentissage, il est pas disponible !

Et quand t’es négati.f.ve, tu produis du stress !

Ton plus grand ennemi, c’est donc les ondes négatives !

Les gens ne se rendent pas compte combien ça paralyse l’activité d’apprentissage du cerveau quand on est négatif.

  • Ce que tu apprends rentre mal
  • Tu as du mal à te rappeler de ce que tu savais
  • Tu as l’impression que tu n’y arriveras jamais

la frustration s’ajoute au stress pour produire encore plus d’ondes négatives et là, ta session d’apprentissage du japonais, elle est morte !

Ton potentiel d’apprentissage, lui, il est vivant !

Mais pour le libérer ce potentiel, il va falloir agir sur plusieurs choses !

La base de la base pour progresser en japonais

Comme je l’ai dit plus haut, quand on est négatif, c’est très compliqué d’apprendre quelque chose !

Et tu sais quelle est la raison principale qui te transforme en générateur d’ondes négatives ?

C’est le manque de sommeil !

Oui, je sais, là tu te dis tout ça pour ça, il est beau le secret, etc..

Mais quand tu te réveilles en manque de sommeil, comme ça, sans rien faire, tes premières pensées, elles sont plutôt positives ou plutôt négatives ?

Moi, franchement, je suis plutôt dans le négatif !

En théorie, ça peut toujours s’améliorer dans la journée si tu t’en persuades. Mais souvent, on laisse faire les choses et on a tendance à en rajouter, non ?

  • Il pleut encore ? Y en a marre de ce temps pourri !
  • Le train est déjà parti ? Je le sentais que c’était pas mon jour !
  • J’ai oublié mes clés ! C’est vraiment pas mon jour !
  • Ma carte de crédit a été capturée par le distributeur ! Décidément !
  • Mon lacet vient de craquer ! Mais c’est quoi, cette journée pourrie ?

Enfin, tu vois le genre quoi !

En réfléchissant, tu vois bien qu’il y a des choses complètement indépendantes de ton humeur.

La pluie ne tombe pas en fonction de ton humeur, ton lacet ne craque pas non plus que quand tu es négati.f.ve !

Je le sais, tu le sais mais ça demande quand même un gros effort de s’en convaincre !

Alors le mieux, c’est quand même de dormir son compte d’heures !

Et ça tu vois, c’est une partie de mon secret pour progresser en japonais ! Mais c’est pas que ça !

La motivation, encore et toujours

Être frais et dispos, c’est la base mais si la raison pour laquelle tu as décidé d’apprendre le japonais n’est pas assez motivante, tu n’iras pas bien loin.

Pourquoi ?

Parce que ça sera de plus en plus dur de te mettre à étudier.

Petit à petit, dans ton coin, tu vas commencer à devenir négati.f.ve et à te trouver tout plein de raisons de ne pas t’y mettre.

  • Trop crevé.e !
  • Pourquoi je fais ça déjà ?
  • Si j’arrêtais, je pourrais faire autre chose !
  • Je vais encore ramer pour me rappeler de tous ces kanji !
  • Etc.

Et là, à chaque fois que tu voudras t’y mettre, ton cerveau, qui écoute toujours ce que tu dis, te fera comprendre que c’est mieux de pas le faire.

Mon secret pour progresser en japonais, c’est donc de bien dormir et d’avoir un objectif suffisamment motivant !

Mais pas seulement !

Du plaisir ou rien !

Un objectif motivant, c’est essentiel mais tu le sais comme moi, la motivation est une émotion !

Autrement dit, elle varie dans le temps avec des hauts et des bas.

Du coup, il va falloir ruser et faire en sorte que tes sessions de japonais soit que du bonheur du début à la fin !

Ça paraît difficile comme ça mais il s’agit juste de savoir doser efforts et plaisir d’apprendre !

Moi, par exemple, il est hors de question que j’apprenne une liste de kanji telle quelle.

Non seulement c’est pénible mais mon but, ce n’est pas de devenir un dictionnaire de kanji !

Par contre, si tu me donnes à lire un article en japonais sur un sujet qui m’intéresse, alors là, je vais foncer tête baissée !

J’apprendrai pas une bête liste de kanji mais une liste de mots composés de kanji que j’ai rencontrés dans un contexte bien défini et qui m’ont permis de comprendre le sens de l’article.

Bref, du concret et de l’utile !

Mon secret pour progresser en japonais, c’est donc de bien dormir, d’avoir un objectif suffisamment motivant et d’apprendre en me faisant plaisir !

Mais pas que !

Mesure, progresse et mesure à nouveau

Une des premières raisons d’abandon de l’apprentissage du japonais, c’est l’impossibilité de mesurer ses progrès.

Ton apprentissage du japonais, il doit prendre la forme d’un projet !

Si tu veux savoir pourquoi, je te renvoie à l’article Apprendre le japonais : Rêve ou Projet ? pour les détails.

Si tu sais pourquoi tu veux commencer à apprendre le japonais, alors tu dois planifier ton apprentissage.

Bien sûr qu’on peut passer sa vie à apprendre le japonais mais ça veut pas dire qu’on passe son temps à refaire tout le parcours.

Passer du rōmaji aux kana c’est un projet à part entière !

Tu les connaissais pas au début les kana, mais maintenant que ton projet de passer du rōmaji au kana est terminé, tu les connais !

Ton apprentissage du japonais n’est pas terminé mais ton prochain projet, ça ne sera pas encore d’apprendre les kana, tu vois ce que je veux dire ?

La suite, ça pourrait être un nouveau projet qui serait de faire du shadowing pour améliorer ton oreille et ta prononciation pendant 1 mois par exemple.

Puisque maintenant tu connais les kana, à la fin de ton projet de shadowing, tu devrais être capable de noter en hiragana ce que tu entends et de vérifier que c’est correct !

Encore une fois, on sait d’où on part, on sait où on va et on mesure les résultats.

Si t’as l’impression que tu progresses pas aussi vite que tu devrais, faut pouvoir le mesurer !

Comme ça, tu peux réagir avant la fin du projet !

Souvent, c’est juste le matériel que tu utilises qui ne te convient pas !

Alterne les médias (texte, vidéo, podcast) et regarde si ça améliore les choses.

Mon secret pour progresser en japonais, c’est donc de bien dormir, d’avoir un objectif suffisamment motivant, d’apprendre en me faisant plaisir et de pouvoir mesurer mes progrès !

Mais y a encore une chose qui manque !

Sans pratique régulière, point de salut !

Si tu fais du sport, tu le sais bien, c’est en pratiquant régulièrement qu’on s’améliore !

Pour l’apprentissage du japonais, c’est la même chose !

Ça sert à rien de faire 2 heures de japonais aujourd’hui, si la prochaine fois que t’en fais, c’est dans 4 jours !

T’auras pratiquement tout oublié et tu recommenceras de zéro !

Tu l’a forcément entendu plusieurs fois mais il vaut mieux 45mn de japonais régulièrement que 2 heures quand t’as le temps !

Et si t’as pas le temps, à toi de le trouver !

Si c’est ta priorité, alors ça ne doit pas être l’activité que tu fais quand t’as fait tout le reste !

Sinon, c’est pas une priorité !

Maintenant que tu sais tout…

Je voudrais terminer cet article en insistant sur le fait que, moi, je suis sûr que toi, tu peux apprendre le japonais !

Mais l’important, c’est que toi aussi tu en sois convaincu !

Pourquoi ?

Parce que pour ton cerveau, que tu penses y arriver ou pas, dans les 2 cas, tu as raison !

Alors autant être persuadé que tu vas y arriver, non ?

Gilles

P.S: N’oublie pas que tu peux encore t’inscrire à Mes Contacts Privés – Japonais Naturel !

Tu recevras des conseils, des infos, des tests, des nouvelles de mes projets en cours, bref, plein de choses utiles pour progresser en japonais que tu ne verras pas ni sur ma page Facebook, ni sur mon site, ni sur mon compte instagram.

Alors, on se dit à tout de suite ?

2 réflexions sur “Mon secret pour progresser en japonais”

  1. Oh comme je suis d’accord avec le plaisir d’apprendre!
    Et j’aime beaucoup ta phrase « Si c’est ta priorité, alors ça ne doit pas être l’activité que tu fais quand t’as fait tout le reste ! Sinon, c’est pas une priorité! »
    À se rappeler souvent car les excuses pour ne pas se donner le temps sont toujours faciles à trouver.
    Personnellement j’ai sauté la case rōmaji. J’étais sur place te je me disais que comme ça je pourrais pratiquer en lisant tout et n’importe quoi autour de moi. La bonne blague! Les kanjis mon vite fait déchanter!
    Alors je te rejoins complètement sur le principe du projet. Une bonne préparation, un planning, un objectif et une bonne raison d’apprendre.

    • Bonjour Séverine et merci beaucoup pour ton commentaire !

      D’abord, Félicitations pour le passage au kana ! 👍
      Maintenant, tu n’as plus de raison de revenir au rōmaji et tu peux aller de l’avant ! 🙂

      Et c’est vrai que pour la plupart des gens (c’était mon cas aussi au début), aller de l’avant,
      ça veut dire passer au kanji !

      Là où moi, je conseille plutôt de d’abord commencer à parler un peu japonais !

      L’acquisition naturelle du langage est quelque chose de fantastique !

      Sans le savoir, la grammaire, la conjugaison, tout ça se met en place naturellement au fur et à mesure
      qu’on comprend ce qui se passe autour de nous et qu’on pratique.

      Mais pour en revenir au kanji, tu as parfaitement raison !

      Ça doit être un projet (ou plutôt plusieurs mini-projets, vu l’ampleur de la tâche) !

      Et il faut le faire en mode Grand Stratège en jouant sur la durée des mini-projets (pas trop court mais pas trop long)
      et surtout en faisant en sorte que ça reste intéressant, passionnant et qu’on puisse se rendre compte des progrès accomplis !

      C’est pas facile mais ça minimise les risques de jeter l’éponge en route ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*