Apprendre les kanji sans craquer

Apprendre les kanji sans craquer illustré par la photo de Miyajima.
JN représentant le logo de Japonais Naturel

Apprendre les kanji sans craquer

Si comme moi, tu apprends le japonais, alors tu sais que ce qui prend le plus de temps, c’est pas d’apprendre à parler japonais mais d’apprendre les kanji.

Ce n’est pas un hasard si les Japonais mettent 12 ans pour apprendre et maitriser les plus de 2000 kanji d’usage courant 常用漢字 (じょうようかんじ) qui sont au programme scolaire.

J’ai essayé au début de faire comme les japonais et d’apprendre les kanji par année scolaire.

Mais là, j’ai craqué !

Pourquoi ?

Bah, continue à lire, tu vas comprendre !

L’apprentissage des kanji à l’école primaire japonaise

Au Japon, l’école primaire dure 6 ans et pour chaque année de primaire, une liste précise de kanji est à apprendre.

À compter de 2020, la répartition des kanji par année est la suivante:

  • 80 kanji la première année
  • 160 kanji la deuxième année
  • 200 kanji la 3ème année
  • 202 kanji la 4ème année
  • 193 kanji la 5ème année
  • 191 kanji la dernière année.

Total à apprendre en 6 ans de primaire: 1026 kanji

Chaque année s’appuie en partie sur les précédentes.

Du coup, en plus des nouveaux kanji de l’année à apprendre, les écoliers japonais revoient aussi les kanji déjà étudiés les années précédentes.

C’est comme ça qu’ils s’habituent à lire et à les utiliser dans des phrases.

L’apprentissage des kanji au collège japonais

Au Japon, le collège dure 3 ans et à partir de 2021, les collégiens japonais devront apprendre:

  • 1110 nouveaux kanji !

Par contre, au collège, il n’y a pas de nombre ni de liste précise de kanji à apprendre chaque année.

À la place, il y a des recommandations et un nombre approximatif de kanji à savoir écrire et/ou lire à la fin de chaque année de collège.

Les collégiens japonais devront donc connaître environ:

  • 1400 kanji sur les 2136 常用漢字 (じょうようかんじ) en fin de 1ère année.
  • 1800 kanji sur les 2136 常用漢字 (じょうようかんじ) en fin de 2ème année.
  • La quasi-totalité des 2136 常用漢字 (じょうようかんじ) à la fin de la troisième et dernière année de collège.

La fin du collège est aussi la fin de l’enseignement obligatoire mais en général, les étudiants enchainent avec le lycée.

L’apprentissage des kanji au lycée japonais

Le lycée au Japon dure 3 ans, comme le collège.

Pendant ces 3 ans, les lycéens s’habituent à manier les 2136 kanji d’usage général 常用漢字 (じょうようかんじ).

Les reconnaître individuellement est une chose mais savoir les utiliser dans des phrases en est une autre.

D’autant que, comme tu le sais, la lecture d’un kanji change quand il est combiné avec d’autres kanji pour former un mot, qu’on appelle 熟語 (じゅくご).

Même si la plupart des mots japonais ne fait que 2 kanji (parfois plus), un même kanji peut être utilisé dans plusieurs mots différents.

Du coup, cela fait autant de mots de plus à mémoriser et à savoir utiliser.

Alors faut-il apprendre les kanji comme au Japon ?

Maintenant, tu sais comment ça se passe au Japon pour les japonais.

Mais il y a un aspect qui ne transparait pas jusque-là, c’est le fait qu’au Japon, on est exposé en permanence aux kanji.

Télé, publicités, panneaux, livres, etc.., les kanji sont partout !

Et ça, c’est clairement ce qui m’a manqué quand j’ai voulu apprendre les kanji comme les japonais.

Mais il y a aussi le fait que je ne me voyais pas tous les jours faire des lignes de kanji pendant des années à un rythme effréné.

Au fur et à mesure du temps qui passait, la tâche était de plus en plus colossale.

En plus des kanji de l’année, il ne fallait pas oublier de réviser ceux déjà étudiés.

Mais hors du Japon, je n’avais ni la possibilité de les utiliser couramment, ni la stimulation naturelle provoquée par la vision permanente des kanji autour de moi.

Du coup, pour moi, hors du Japon, apprendre les kanji à la japonaise, ça n’a pas fonctionné !

Alors j’ai lâché l’affaire et j’ai employé les grands moyens…

Avec l’immersion, c’est tellement plus facile

… je suis parti vivre et étudier au Japon !

Comme ça, moi aussi, j’ai pu bénéficier du même environnement stimulant que les Japonais pour apprendre les kanji.

Alors est-ce que j’ai appris les 2136 kanji d’usage courant comme les japonais ?

Bah non !

Pourquoi ?

Parce qu’un écolier de 7 ans n’emploie pas les mots qu’un adulte emploie !

J’avais besoin de connaître des mots composés de kanji qui ne respectaient pas l’ordre d’apprentissage scolaire.

Du coup, je suis rentré en France en connaissant des mots que des écoliers ou des collégiens ne connaissaient pas.

Mais, à l’inverse, ils connaissaient des kanji que moi je ne connaissais pas.

Mais je n’en avais jamais eu besoin dans la vie de tous les jours en tant qu’adulte.

Et donc, je ne connais toujours pas les 2136 常用漢字 (じょうようかんじ).

Mais je ne suis plus au Japon.

Alors je fais quoi ?

La méthode qui marche même hors du Japon

Même après être rentré du Japon, j’ai jamais vraiment abandonné l’étude du japonais.

Et en janvier dernier, je suis même passé à la vitesse supérieure en me jetant le défi d’arriver à lire les journaux japonais.

À la base, je m’étais donné 3 mois pour faire un premier bilan.

Pendant ces 3 mois, j’ai commencé par étudier des articles de journaux simplifiés sur le site de la NHK pour m’échauffer un peu.

Et puis quand j’étais chaud, je suis passé à des livres bilingues d’essais et de fictions.

Pour les fictions, c’est encore compliqué à lire pour moi et le japonais utilisé reste difficile à retrouver dans la vraie vie.

J’y reviendrai un jour mais pour le moment, c’est encore trop tôt pour moi…

Par contre, pour le livre bilingue sur les essais, même si je ne l’ai pas fini, c’était très intéressant à lire.

En plus, les mots employés étaient susceptibles de se retrouver dans des magazines ou des journaux japonais.

Mais je voulais pouvoir étudier quelques articles de journaux avant la fin des 3 mois.

J’ai donc mis ce livre de côté (que je lirai jusqu’au bout plus tard, c’est sûr !) pour passer à un autre.

Cet autre livre, c’est 新聞で学ぶ日本語 (しんぶんでまなぶにほんご), soit en français, quelque chose comme Apprendre le japonais par les journaux.

(J’ai aussi complété avec un autre livre, An Introduction to Newspaper Japanese, parce que la grammaire des journaux est un peu particulière)

À la fin du troisième mois, je n’avais étudié que 3 articles de journaux.

Mais le bilan des 3 mois était très encourageant pour plusieurs raisons…

L’acquisition naturelle des kanji en contexte

En fait, le bilan était même plutôt bon.

Tellement bon, que j’ai continué sur ma lancée par pur plaisir !

Tous les matins, je commence, ou poursuis, l’étude d’un article de journal tiré du livre (y en a 60 + 5 qui sont des photocopies de journaux).

J’en ai maintenant fini une dizaine !

Chaque nouvel article aborde un sujet différent.

À chaque fois, c’est donc l’occasion d’étudier des mots nouveaux (composés de kanji nouveaux) et de revoir des mots qui reviennent souvent dans les articles de journaux.

Du coup, je n’apprends jamais rien par cœur, au sens pur et dur du terme !

Je note en bas de chaque article tous les mots que je ne connais pas et je vérifie leur sens au fur et à mesure.

Pas de liste interminable de kanji avec des lectures dans tous les sens.

Non, juste la lecture et le sens des mots inconnus que je rattache ensuite au contexte de l’article.

Comme ça, c’est plus facilement mémorisable pour mon cerveau.

Par contre, périodiquement, je relis les articles déjà étudiés pour m’assurer que je n’ai rien oublié (= méthode de la répétition espacée pour consolider l’information).

Eh oui, le cerveau supprime la majorité de ce que tu n’utilises pas !

Et ça, il vaut mieux s’en rappeler quand on apprend les kanji…

Alors, les 2136 常用漢字, c’est pour quand ?

Je ne sais pas !

Mais ce que je sais, c’est que chaque nouvel article que j’étudie me permet d’apprendre facilement et utilement des mots nouveaux.

Et ces mots nouveaux contiennent des kanji d’usage courant.

Avant, je n’en voyais pas le bout de ces 2136 kanji mais je dois dire que maintenant, j’aperçois le bout du tunnel.

C’est pas pour demain, mais c’est pour bientôt !

En attendant, tous les matins pendant 20~30 minutes, je me fais plaisir, vraiment plaisir, à étudier un nouvel article !

Et franchement, ce plaisir, c’est ce que je peux te souhaiter de mieux si comme moi, tu veux apprendre les kanji sans craquer !

Gilles ジル

Ma page Facebook
Mon compte Instagram
Mes Contacts Privés

6 réflexions sur “Apprendre les kanji sans craquer”

  1. J’ai étudié le japonais au Japon puis de retour en France. Je valide ta méthode qui me semble parfaite.
    頑張って !

    • Merci pour ton commentaire et ta validation Théo !
      J’espère que ça redonnera envie à celles et ceux qui se sont détournés du japonais à cause des kanji.
      頑張るぞ!😉👍

  2. Bonjour,
    Vous avez essayé le livre « Les Kanjis dans la tête » de Yves Mariette ?
    C’est une méthode très intéressante. Je suis dessus depuis presque deux ans et je fais de gros progrès. Si vous connaissez, c’est basé sur Remembering The Kanji de JW Heisig. L’idée est de déconstruire les kanjis en éléments et de faire des phrases rigolotes avec des mots associés aux éléments. Par exemple, le Kanji chat est composé des éléments meute de chiens et pousses (de plantes) et l’histoire veut que la meute de chiens fasse pousser des chats à partir de pousses de chats.

    • Bonjour Patrick et merci pour ton commentaire.
      Alors oui, je connais le livre dont tu parles ainsi que celui de Heisig mais je ne les utilise pas personnellement.
      Pour autant, le concept qui est de penser à une histoire pour rendre un kanji plus mémorisable est excellent en soi.
      Mais je ne me voyais pas mémoriser 2136 histoires… 😉
      Je plaisante mais en ce qui me concerne, je trouve que mémoriser des mots en contexte dans un article est plus efficace pour arriver à maîtriser ces fameux 2136 kanji.
      En étudiant des articles tous les jours (mais seulement pendant 20 à 30 mn), un certain nombre de mots revient en permanence.
      Du coup, je n’ai pas vraiment besoin de décomposer les kanji pour m’en rappeler. À force, je les reconnais de vue !
      Il y a aussi le fait que le sens d’un kanji quand il est seul diffère souvent quand il est utilisé dans un mot avec un autre kanji.
      En schématisant (beaucoup), je dirai que pour apprendre les kanji, ces 2 livres (l’un ou l’autre) sont excellents. Mais pour apprendre à lire les journaux, qui est mon objectif,
      lire des articles avec les kanji en contexte est plus efficace et plus rapide.
      En tout cas, bonne chance dans ton apprentissage !
      Et n’hésite pas à laisser d’autres commentaires sur les articles du blog 👍

  3. Bonjour,Pour ma part,j’utilise les kanjis dans mes tableaux ;ces signes sont si beaux et leur rajouter un sens est important .Pourtant,leur côté esthétique (dessiné ) ne suffit pas du tout à leur mémorisation et je pense que tu as raison et que lire les kanjis et les écrire ,c’est tout à fait différent.J’ai essayé la lecture avec des livres pour enfants mais ça n’a pas marché.Il faut que je passe à des méthodes plus adultes.Merci du tuyau.

    • Bonjour Denise et merci pour ton commentaire !
      J’ai essayer la calligraphie 2 ou 3 fois. La sensation avec le pinceau est formidable.
      Mais étant gaucher, le travail est titanesque pour arriver de la main droite à un résultat intéressant.
      Alors je me suis rabattu sur les 筆ペン (ふでぺん) que j’utilise comme un gaucher (donc mal) pour avoir quand même la sensation
      et un résultat moins plat qu’avec un stylo ou un crayon.
      Bon, ça c’était pour le plaisir lui-même de dessiner les kanji.
      Concernant la mémorisation de la lecture des kanji, il faut un peu choisir entre un contenu simple mais pas intéressant pour un adulte et
      un contenu plus adapté aux adultes mais avec la complexité qui vient avec.
      Le meilleur des 2 mondes restent pour le moment les livres bilingues dont je fais la revue sur la page « Livres sur le Japonais » du blog.
      Les 3 livres passés en revue ne sont pas du même niveau mais sont tous bilingues avec de l’audio et des explications.
      Il faut quand même un effort important pour commencer et s’accrocher avant de ressentir un peu de confort mais comme toujours, un petit peu tous les jours et on arrive à ses fins ! 😉
      Pour l’écriture, j’expliquerai la méthode que j’utilise pour me remémorer un kanji au moment de l’écrire dans la suite du mail de cette semaine.
      楽しみにしてくださいね! (たのしみにしてくださいね!)😉👍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*