Comment passer du rōmaji aux kana ?

Comment passer du rōmaji aux kana sans trop ramer ?
Comment passer du rōmaji au kana sans trop ramer
JN représentant le logo de Japonais Naturel

Comment passer du rōmaji aux kana ?

Dans cet article, je voudrais te montrer comment passer du rōmaji aux kana (hiragana et katakana) d’une manière simple et amusante (si, si !).

Mais tu te demandes peut-être pourquoi tu devrais laisser tomber le rōmaji si pratique pour toi ?

La raison la plus importante à mes yeux, c’est qu’en mémorisant le rōmaji à la place des kana, tu retardes le processus d’apprentissage et de mémorisation.

Si on y réfléchit, alors que tu devrais entrainer ton cerveau à associer des kana ou des kanji à ce que tu entends en japonais, tu lui demandes de l’associer à du rōmaji.

Mais surtout, il faut se rappeler que les japonais n’apprennent pas leur langue en rōmaji.

Ils ont aussi appris le rōmaji mais pas pour apprendre le japonais, pour communiquer avec les étrangers.

De quels transcriptions en rōmaji tu parles ?

En plus, il y a plusieurs transcriptions rōmaji qui existent avec des différences notables qui ne manqueront pas de rajouter de la confusion à la confusion, et tout ça pour rien !

En France, on utilise généralement la transcription de Hepburn. Mais au Japon, officiellement, c’est la transcription Kunrei-shiki qui a été standardisée.

Et c’est bien dommage parce qu’elle est encore moins intuitive que celle de Hepburn.

Dans les faits, on trouve au Japon un beau mélange des deux…

Mais de toute façon, comme tu vas le voir, aucune n’était vraiment faite pour les francophones !

Comment ça s’écrit en rōmaji et ça se prononce comment en français ?

Eh oui, on en arrive à une situation où on trouve du japonais écrit en rōmaji qui finalement ne donnent pas la prononciation correcte du japonais pour les francophones.

Prenons par exemple le mot atterissage qui s’écrit en kanji 着陸. En hiragana, c’est ちゃくりく.

En rōmaji, il s’écrirait chakuriku en Hepburn ou encore tyakuriku en Kunrei-shiki.

Forcément, tu te dis que la première façon est plus intuitive.

Sauf que cha en japonais c’est tcha en français. Même chose pour ku ! Pour le prononcer correctement en français, il faudrait l’écrire kou.

Non seulement tu vas devoir gérer les différences d’écritures entre les transcriptions rōmaji mais en plus, tu vas aussi devoir gérer les différences de prononciation entre rōmaji et français !

En résumé, tu vas donc d’abord devoir apprendre à lire et à prononcer du rōmaji avant d’apprendre à lire et prononcer du japonais.

Alors évidemment, on s’habitue à tout mais y a rien qui te choque là ?

Toi, c’est le japonais que tu voulais apprendre ou le rōmaji ?

Le code secret pour passer des rōmaji aux kana

Maintenant qu’on est d’accord sur l’inutilité du rōmaji (et si t’es pas d’accord, lis quand même la suite, ça pourra toujours te servir), et comme je suis d’humeur joueuse aujourd’hui, je voudrais te proposer un petit jeu.

La règle est simple, tu es un agent secret et tu dois éliminer définitivement le rōmaji.

Pour ça, il va te falloir appliquer un code secret (que tout le monde connaît mais ne le dit pas quand même) qui te permettra de transformer tes sons écrits en français et que tout le monde peut lire en sons écrits en hiragana et en katakana que seul.e.s quelques initié.e.s peuvent lire !

Ta mission, si tu l’acceptes (mais tu n’as pas le droit de refuser, le monde ne s’en remettrait pas !) est donc de comprendre comment passer du rōmaji aux kana, pour qu’à terme, tu n’utilises plus que les hiragana et les katakana.

Lève la main droite et dis Je le jure !

Parviendras-tu à cracker le code et sauver le monde ?

Je sais que t’es impatient.e de passer à l’action mais il te faut des explications supplémentaires pour bien comprendre les 10 petits tableaux (hein qu’ils sont jolis mes tableaux ?) que tu trouveras plus bas:

  • Chaque tableau comporte 3 colonnes. A gauche, tu as un son écrit en français et qu’il faut lire à la française ! Au milieu, tu as un premier code secret. Appelons-le hiragana. Et enfin, à droite, tu trouveras un second code secret. C’est pour le cas où le premier serait cracké par les Méchants. Celui-là, on va l’appeler katakana parce que ça sonne bien. Attention, on ne mélange pas les codes secrets parce que c’est mal !
  • Le premier tableau, c’est le groupe de base. Tous ses sons reviendront en permanence combinés avec la lettre de chaque groupe qui suit à l’exception du dernier (sauf pour le oua). Par exemple, le son a reviendra en ka, puis en sa, ta, na, ha, ma, ya, ra/la et oua. Même chose pour le tableau suivant mais avec le son i. Attention, y a pas de yi ni de yé en japonais moderne. Et ainsi de suite avec les tableaux suivants.

Ça y est, c’est bon là ?

Pas tout à fait, j’ai encore des choses à te dire:

  • Le son écrit en français est celui qui se rapproche le plus du son japonais. Comme je l’ai dit, il faut le lire à la française. Mais voilà, parfois, il y a des différences entre le français et le japonais. Les plus grosses sont dans le groupe des H et des R et je t’en parle juste en dessous.
  • Les h japonais sont expirés ! Comme si tu voulais faire de la buée sur une vitre et qu’en même temps tu prononçais a, i, ou, é, o ! Attention à bien prononcer les h. Sinon y a un gros risque d’incompréhension pour les japonais. Pour la combinaison avec le son ou, ton œil avisé n’aura pas manqué de noter que j’ai mis fou entre parenthèses à côté de hou. C’est parce que pour ce son, on est vraiment entre le h expiré et le f. Tu peux le prononcer comme un f mais retiens qu’il appartient au groupe des h.
  • Les r japonais sont entre le r et le l. C’est la raison pour laquelle j’ai écrit à chaque fois le son avec un l entre parenthèses. Si tu sais faire un R roulé, alors tu es très très proche du son en japonais ! Par contre, si tu le prononces à l’allemande, alors là, t’es très très loin de la vérité !
  • Le n seul en japonais ne se prononce pas comme en français. Le mieux pour toi, c’est d’écouter sa prononciation et de la mémoriser. Retiens aussi que parfois, dans certains mots japonais, il se prononce comme un m.

Comment passer du rōmaji aux kana: Les tableaux et le mode d’emploi

Pour te faire la main, rien de mieux qu’un exemple !

Prenons le premier tableau, le groupe de base. Tu trouves sur la première ligne (je ne compte pas la ligne de titre), colonne de gauche, le son a. Sur la même ligne, au milieu, le hiragana qui doit le remplacer. Et enfin à droite, le katakana qui doit le remplacer.

Pour les 10 tableaux, j’ai enregistrer la prononciation des 5 lignes à la fois pour que tu mémorises la séquence complète de chaque tableau.

Ton objectif, c’est en écoutant, de t’entrainer à remplacer ce qui est écrit dans la colonne de gauche par ce qui est écrit dans celles du milieu et de droite.

Quand tu écoutes l’audio, ton regard doit se poser sur la colonne de gauche, sur celle du milieu puis sur celle de droite.

Pour la première ligne du premier tableau, ça donne a –> –> .
Pour la deuxième ligne du premier tableau, ça donne i –> –> .
Pour la troisième ligne du premier tableau, ça donne ou –> –> .
Etc..

Après un certain temps, tu ne dois plus regarder la colonne de gauche.

Bah oui, sinon, ça sert à rien !

Je te conseille de faire à chaque fois tous les tableaux dans l’ordre pour que tu mémorises les séquences de sons dans l’ordre des tableaux.

Allez, assez discuté, maintenant c’est à toi !

Groupe de base

Le groupe de base pour passer du français kana. A, i, ou, é, o.

Groupe des K

Le groupe des K. Ka, ki, kou, ké, ko.

Groupe des S

Le groupe des S. Sa, shi, su, sé, so.

Groupe des T

Comment passer du rōmaji aux kana ? Le groupe des T. Ta, tchi, tsou, té, to.

Groupe des N

Le groupe des N. Na, ni, nou, né, no.

Groupe des H

Français, hiragana, katakana. Le groupe des H. Ha, hi, fou, hé, ho.

Groupe des M

Français, hiragana, katakana. Le groupe des M. Ma, mi, mou, mé, mo.

Groupe des Y

Comment passer du rōmaji aux kana ? Le groupe des Y. Ya, you, yo.

Groupe des R

Le groupe des R. Ra, ri, rou, ré, ro.

Groupe des exceptions

Comment passer du rōmaji aux kana ? Le groupe des exceptions. Oua, o, n !

C’est bon ?

Ça commence à rentrer ?

Quand tu reconnaitras tous les kana (sans mélanger hiragana et katakana), tu auras presque réussi ta mission !

Pourquoi presque ?

Parce qu’il y a des sons dérivés dont je ne t’ai pas encore parlé.

Mais ça, ce sera pour un futur article !

Pour le moment, concentre-toi sur ces 10 tableaux parce que le reste en découle !

Pourquoi j’ai écrit cet article ?

Si tu lis les articles du blog Japonais Naturel depuis un certain temps, tu sais que ma philosophie par rapport à l’apprentissage du japonais, c’est qu’il faut d’abord passer par l’oral avant d’aborder l’écrit !

Et donc, tu te demandes peut-être pourquoi tout à coup j’écris un article sur autre chose qu’apprendre à parler japonais.

Bah c’est très simple !

Je ne peux communiquer avec toi que par écrit, même si dernièrement, j’ai ajouté de l’audio aux articles.

Normalement, j’écris systématiquement les mots japonais en kanji et en kana avec leur sens en français.

Mais tu m’en a fait part et je le comprends très bien, le fait de ne pas pouvoir les lire est un peu gênant.

Pour autant, et j’espère que cet article t’en a convaincu, écrire en rōmaji n’est pas la solution.

En revanche, tu peux te rendre un grand service et te servir de cet article pour switcher définitivement en kana.

Comme ça, à défaut de pouvoir lire les kanji (à voir plus tard), tu pourras lire les kana et demander à ton génial cerveau d’associer la prononciation en japonais avec la lecture en kana et le sens du mot ou de la phrase.

Si tu fais ça, crois-moi, ton apprentissage va recevoir un coup de boost monumental !

Je te renvoie aux articles Apprendre à parler japonais, côté cerveau et Parler japonais, côté cerveau (suite) pour un petit rafraichissement sur comment aider ton cerveau à bien faire le boulot.

Si t’as des questions, laisse-les en commentaires !

Sur ce, on se retrouve dans le prochain mail Mes Contacts Privés, dans un prochain article, sur ma page Facebook ou sur mon compte Instagram !

C’est comme tu le sens !

Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*